SELARL Frédérique GUIBERT

Mon patrimoine

1536225152

L'apport personnel Le « plus » qui change tout

 Si vous avez un projet immobilier, vous allez certainement entendre parler d'apport personnel. C'est un élément qui peut peser lourd dans votre dossier de financement.
L'apport personnel est la somme dont vous disposez immédiatement avant même de demander un prêt. C'est un élément déterminant et « sécurisant » pour les banques. Elles y voient votre faculté à mettre de l'argent de côté et à gérer correctement votre budget. Cette mise de départ sera un argument déterminant pour négocier avec votre banque.

Se constituer un apport personnel

Comme vous le savez, il n'y a pas de « petites économies ». La preuve en est l'apport personnel qui peut être constitué par le biais de plusieurs sources :
• vos économies personnelles (plan d'épargne logement, livret A...) ;
• un héritage ou une donation ;
• un prêt accordé par un proche ou la famille ;
• les rendements de produits d'épargne ou de placements (livrets, assurance vie, épargne salariale…) ;
• des prêts spécifiques (PTZ, prêt action logement, prêts accordés par la CAF ou les caisses de retraite, prêts locaux, régionaux et départementaux…).

Le montant idéal
La loi ne fixe aucun montant minimal concernant l'apport personnel. En pratique, cependant, les banques demandent généralement un apport minimum de 10 % sur le montant de l'achat. Plus votre apport sera important, meilleures seront les conditions de votre prêt. Toutefois, il est recommandé de ne pas investir la totalité de vos économies dans l'apport personnel, afin de garder une marge de manœuvre pour faire face à d'éventuels frais supplémentaires.

 

Acheter sans apport : ce n'est pas mission impossible… mais !

Rien ni personne n'oblige à disposer d'un apport personnel pour réaliser un projet immobilier. Mais il ne faut pas se voiler la face : ce sera un peu plus compliqué et plus coûteux. Vous devrez présenter un dossier « en béton». La banque sera particulièrement attentive à la sécurité de votre emploi, votre ancienneté professionnelle, vos revenus, la stabilité de votre situation financière, la tenue de vos comptes… Votre banquier pourra parfaitement entendre que l'absence d'apport personnel ne résulte pas d'un train de vie supérieur à vos revenus mais, par exemple, d'une situation familiale compliquée, d'une longue période de chômage ou d'une maladie vous ayant empêché de travailler sur une longue période… Sachez cependant que l'absence d'apport personnel augmentera le coût total du crédit immobilier. Le taux d'intérêt en sera certainement plus élevé.

 

Marie-christine Ménoire

 

Dernière modification le 06/09/2018

Informations juridiques

  • 1591792914

    Crédit immobilier : Des banques un peu plus exigeantes

    Il y aura un avant et un après confinement, tout le monde est unanime pour le dire. Si l'activité reprend petit à petit, les prêts immobiliers et leurs conditions d'attribution seront impactés. Mais avec une bonne préparation et un bon accompagnement tout reste possible.
    Lire la suite
  • 1591792454

    Coronavirus - Comment aider un proche à sortir de la crise ?

    Les effets indirects du coronavirus ont peut-être impacté la situation financière de nos proches. Chômage partiel, baisse de revenus, perte d'emploi… Certains parents se disent qu'un coup de pouce financier va aider leurs enfants à surmonter la crise. Découvrons trois leviers à actionner en matière de dons ou donations.
    Lire la suite
  • 1591792138

    Habilitation familiale - Plus souple que la tutelle ou la curatelle

    Depuis 2016, l'habilitation familiale complète la liste des mesures de protection en faveur des personnes vulnérables. Une solution plus souple pour représenter un proche qui n'est plus en mesure d'exprimer sa volonté ou qui subit une altération de ses capacités.
    Lire la suite
Mentions légales